Le coaching d’équipe : de la compétence collective à la performance de l’équipe.

Publié par Julien Brogard le

Le coaching d’équipe : de la compétence collective à la performance de l’équipe.

L’objet de cet article est de s’interroger sur le rôle et l’influence que pourrait avoir le coaching d’équipe au niveau de la compétence collective et de la performance. 

Le coaching est-il un levier de performance collective ?

 

Tout d’abord, pour caractériser la compétence collective, nous allons retenir la définition de  Ruuska et Teigland (2009, p. 324). La compétence collective, c’est “la capacité d’un groupe à travailler ensemble vers un but commun, lequel se traduit par la création d’un résultat collectif, un résultat qui n’aurait pu être accompli par un seul individu en raison de sa complexité ».  

La performance collective quant à elle, intègre le degré de  capacité à atteindre un but, un objectif.

Le coaching d’équipe se définit comme “l’action d’un individu extérieur au groupe en interaction directe avec celui-ci, dans le but d’aider les membres de l’équipe à mobiliser et à coordonner au mieux leurs ressources internes, afin de réaliser les missions qui leur sont confiées” (Hackman et Wageman, 2005). 

L’enjeu est donc de créer une synergie au niveau du savoir-faire et du savoir-être entre les individus afin qu’ils augmentent leur capacité à atteindre un but assimilé comme commun à tous. 

Le coaching d’équipe peut comprendre l’identification des problèmes,  l’encouragement, la valorisation de la prise d’initiative et l’aide à la résolution de problèmes. 

Il  peut faciliter un « recadrage » et un ajustement nécessaire de la perception du travail, des missions à réaliser et des objectifs à poursuivre (Theeboom et al., 2014). 

Son action de soutien et d’accompagnement doit toujours être neutre et objective. 

Pour Hackman et Wageman (2005) l’activité de coaching comprend trois dimensions principales : une action motivationnelle, une action consultative (visant à réduire l’exécution aveugle de routines inadaptées à l’environnement et à encourager l’adoption de modes de fonctionnement en phase avec les besoins de la mission confiée) et une action éducationnelle (visant à équilibrer le poids des apports de chaque membre du groupe et à favoriser le développement des connaissances et des compétences en lien avec les objectifs du groupe).  Le coaching vise à interagir avec l’équipe de manière à ce que celle-ci utilise de façon coordonnée et appropriée ses compétences et ressources collectives. 

 

Dans le domaine du sport, on peut également voir émerger la notion de “cohésion de groupe”, élément central de l’optimisation de la performance collective. Cette dernière est souvent considérée comme la force de coopération du groupe sportif (Widmeyer, Brawley et Carron, 1985). Il est parfois question que l’équipe représente “un joueur supplémentaire” sur le terrain. Le “ciment du groupe” étant à la fois la cause et la conséquence de nombreux résultats.

 

Le coaching d’une équipe pourrait se travailler au niveau de l’intelligence intrapersonnelle, c’est-à-dire sa capacité à adapter ses sentiments à chaque situation mais aussi au niveau de l’intelligence interpersonnelle, c’est-à-dire la capacité de percevoir et d’agir avec pertinence vis-à-vis des émotions des autres (Goleman 1997). Les outils à utiliser pourraient être le questionnement sur les émotions, l’estime et la confiance en soi, la concentration et la communication bienveillante. 

En conclusion, nous pouvons constater que le coaching pourrait être le trait d’union entre la compétence collective et la performance de l’équipe. En effet celui-ci, à travers ses différents outils, il permettrait d’agir et de développer de nombreuses compétences liées à l’intelligence émotionnelle et situationnelle, terreau fertile et dénominateurs communs à l’expression débridée et libérée de la performance.

Julien Brogard - 2020

Bibliographie

Goleman, D. (1997). L’intelligence émotionnelle. Robert Lafont, Paris. 70-71 

Hackman, J. R., & Wageman, R. (2005). A theory of team coaching. Academy of Management Review, 30(2), 269-287.

Ruuska, I., & Teigland, R. (2009). Ensuring project success through collective competence and creative conflict in publicprivate partnerships : A case study of Bygga Villa, a Swedish triple helix e-government initiative. International Journal of Project Management, 27(4), 323-334. 

Theeboom, T., Beersma, B., & Van Vianen, A. E. (2014). Does coaching work ? A meta-analysis on the effects of coaching on individual level outcomes in an organizational context. The Journal of Positive Psychology, 9(1), 1-18.

Widmeyer W.N., Brawley, L.R.et Carron, A.V. 1985. The measurement of cohesion in sport teams : The group Environment Questionnaire. London, ON : Sports Dynamics.


Partager ce message


← Message plus ancien Message plus récent →